Média 6 (Montpellier)

Ô, la belle carte de visite !

Là… ça devient du sérieux….
Cela fait de nombreuses années que je veux m’attaquer à cet énormissime morceau que constitue Média6.
La principale raison de cette procrastination maladive, c’est qu’il y a tellement d’histoires (hilarantes pour beaucoup d’entre elles), que je n’arrive pas à m’y coller.

En attendant, nous allons commencer par la fin.
Facile, c’est mon pote Jo qui a retrouvé ça ce petit « magasine » fait maison dans ses cartons, qui les a tout scanné et me l’a envoyé.

Alors bien sûr, beaucoup sont « private joke », seul ceux qui ont vécu l’aventure pourrons comprendre, mais c’est toujours ça.

Quelques petites choses à savoir :

  • Lorsque Média6 battait de l’aile, vraiment sur la fin, nous avons décidé de faire une bonne grosse fête, et de distribuer ce fanzine
  • Ces images sont un mélange : d’illustrations faites par les animateurs et autres rois du crayon de la société, de détournement (au Blanco) d’affichettes parsemant les couloirs, du contenu de ce que la direction appelait « la boîte à doléance » (ha ha ha, quel gag, tu glissais ton petit mot anonyme dedans, et tu pouvais toujours prier pour que cela serve à quoi que ce soit), de collages à l’arrache et autres conneries diverses sur lesquelles je ne m’étendrai pas.
  • Tout ceci a donc été ramassé en fin de vie de la boite, pour en faire ça.

Restera plus qu’à raconter les 1001 aventures vécues sur place, mais là de suite…j’ai pas le temps.

De toutes façon, ça peut attendre, vu que :




 

Ça, c’est plutôt marrant aussi…
C’était collé à l’entrée du bureau de Joël et moi… Autant dire que cela en a découragé plus d’un
😀 (d’autant que le comble du comble, c’est que nous nous étions portés volontaires pour être « représentants du personnel » , QUELLE BLAGUE (certains se souviendrons de quelques entrevues avec nous, Jo et moi d’un coté du bureau, dans le noir quasi complet, le « plaignant » de l’autre coté , lampe de bureau en plein dans les rétines dans le plus pure style « policiers avec dialogues de Audiard »… 
A notre décharge, une fois sortis, les plaignants avaient vidés toutes les larmes de leur corps… (comment peut-on être aussi cruels ?, ha ha ha)

Suite à venir… parce que pour que ça soit amusant à lire, c’est une sacré boulot… il faut le vivre pour tout comprendre, et je ne suis pas scénariste… (Jo, un coup de main ? 😉 )

Et en attendant, des scans du petit livret-fanzine (1 seul n° , et pour cause), distribué pour sonner la fin de l’aventure. Illustration par les animateurs et autres as du crayon de l’étage en dessous.
C’est une peu « private joke », par exemple, il est impossible de comprendre la page 2 (3ème image donc) si on ne sais pas que le gus entouré de posters de méduse était le scénariste, et qu’il avait un petit tique d’écriture faisant que très souvent, les personnages étaient « médusés » par telle ou telle situation 😀

NB : un grand merci à Mâa BERRIET, qui était au développement informatique pendant cette période, et grace à qui certaines de ces images auraient été perdues à jamais… Thx Mâa !

F∆BB

Rions un peu (de moi)

Fabb à FR3 - Fantome Animation 1982

Je ne sais pas qui ça peut passionner, mise à part ma propre mère (et encore, elle à pas le Net), mais pour ma part je trouve cette petite vidéo truculente.
Intrinsèquement, (je cause bien du français hein), elle ne présente aucun intérêt, sauf pour les quelques rares personnes qui reconnaitront peut-être ces bonnes vieilles stations Silicon Graphics dont je parle dans d’autres articles.
Mais outre ce détail technique, ce sont les conditions dans lesquelles elle a été tournée qui peut prêter à sourire :
Je vous plante le décor :
Continuer la lecture

F∆BB

1,3 milliards de chinois mal payés, et moi et moi et moi….

C’est certainement un des exercices les plus compliqués que de se présenter sois-même.
Par chance, mon plus vieux pote est scénariste, et même si ça ne date pas d’hier, il s’était proposé de s’atteler à cette tâche pour moi. Dans les grandes lignes ça donnais ça : Continuer la lecture

F∆BB